CMS/SMC
Canadian Mathematical Society
www.cms.math.ca
Canadian Mathematical Society
  location:  About Usmedia releases
About Us        
CMS/SMC
MEDIA RELEASE — 10 avril 2008

Canadian Mathematical Society

MEDIA RELEASE
10 avril 2008

TROIS SOMMITÉS MATHÉMATIQUES RÉCOMPENSÉES POUR LA QUALITÉ EXCEPTIONNELLE DE LEURS RECHERCHES

La Société mathématique du Canada (SMC) décerne le prix Krieger-Nelson 2009 à Yael Karshon, le prix Jeffery-Williams 2009 à Stephen Kudla, et le prix Coxeter-James 2008 à Ravi Vakil.


Prix Krieger-Nelson 2009 de la SMC : Mme Yael Karshon (Université de Toronto)

Le prix Krieger-Nelson rend hommage aux mathématiciennes qui se sont distinguées par l'excellence de leur contribution à la recherche mathématique.

Madame Yael Karshon est une grande spécialiste canadienne de la géométrie symplectique. Ce type de géométrie est le fondement de la mécanique classique et est étroitement lié à la mécanique quantique et à la théorie des champs quantifiés. Les outils de la géométrie symplectique se retrouvent en géométrie algébrique et dans la théorie des représentations, et ils sont liés aux polytopes convexes. En physique et en mathématiques, les espaces symplectiques admettent souvent de nombreuses symétries.

Les travaux de Mme Karshon portent surtout sur les symétries des variétés symplectiques vues comme des actions hamiltoniennes de groupes. Elle a obtenu des résultats intéressants quant à la classification de telles structures. L'une de ses principales contributions est le concept de «fonctions du temps abstrait  » qui sont des fonctions entre des variétés (pas nécessairement symplectiques) avec des actions de groupe, et qui généralisent les fonctions du temps sur les variétés symplectiques. En collaboration avec Guillemin et Ginzburg, elle est l'auteure d'une monographie qui fait autorité et qui établit de nouveaux rapports entre les fonctions du temps, les cobordismes et les actions hamiltoniennes de groupe. Récemment, elle a travaillé dans le domaine de la topologie symplectique, et en particulier sur les capacités symplectiques et les groupes des symplectomorphismes.

Yael Karshon a obtenu son doctorat de Harvard en 1993 sous la direction de Shlomo Sternberg. Elle a ensuite enseigné au MIT grâce à une bourse prestigieuse (C.L.E. Moore instructorship). En 1995, elle est entrée à l'Université hébraïque de Jérusalem, où elle a obtenu sa permanence. Elle est arrivée à l'Université de Toronto (Mississauga) en 2002 et est devenue professeure titulaire en 2006. En 2005, elle a reçu le prix McLean de l'Université de Toronto, attribué annuellement à un professeur de mathématiques, de physique ou de génie qui a obtenu son doctorat il y a moins de 12 ans. Les réalisations des étudiants au doctorat et des boursiers postdoctoraux qu'elle dirige sont pour elle une source de grande fierté.

Yael Karshon prononcera la conférence Krieger-Nelson 2009 à la Réunion d'été de la SMC à St. John's (juin 2009).


Prix Jeffery-Williams 2009 : M. Stephen Kudla (Université de Toronto)

Le prix Jeffery-Williams rend hommage aux mathématiciens ayant fait une contribution exceptionnelle à la recherche mathématique.

Stephen Kudla a créé un programme révolutionnaire qui révèle des liens étroits et surprenants entre deux domaines des mathématiques semblant a priori très différents : la théorie des formes automorphes et la théorie des cycles algébriques sur les variétés de Shimura. En raison de la quantité impressionnante de résultats établis et de conjectures d'une grande portée qui découlent des travaux de Stephen Kudla, on parle désormais du « programme Kudla ». Ayant obtenu certains des résultats les plus spectaculaires des dix dernières années en théorie des nombres à l'échelle internationale, M. Kudla et son programme ont été présentés à de nombreux séminaires scientifiques un peu partout dans le monde, notamment au Séminaire Bourbaki à Paris et au programme « Current Developments in Mathematics » à Boston. Stephen Kudla est souvent invité à donner des conférences prestigieuses : la série de conférences Coxeter à l'Institut Fields, la conférence de la Fondation Kuwait à Cambridge et la conférence Schur à l'Université de Tel-Aviv. Il a aussi été invité à prononcer une conférence au Congrès international des mathématiciens 2002 à Beijing. Il a obtenu la bourse de recherche Sloan en 1981 et un prix de recherche Max Planck en 2000.

M. Kudla a obtenu son baccalauréat de Harvard en 1971, et son doctorat de la SUNY (Stony Brook) en 1975. Après un passage à l'Institute for Advanced Study, il a enseigné à l'Université du Maryland de 1976 à 2006, puis il s'est joint à l'équipe de l'Université de Toronto, où il est en ce moment titulaire de la Chaire de recherche du Canada en formes automorphes et en géométrie arithmétique. Il a été invité dans plusieurs établissements prestigieux, dont l'Université de Cologne, l'Université de Paris VI, l'Université Cambridge et l'Institut Tata de recherche fondamentale.

Avant d'arriver à Toronto, M. Kudla a contribué à la communauté mathématique canadienne à titre de rédacteur adjoint du Journal canadien de mathématiques et du Bulletin canadien de mathématiques.

Stephen Kudla prononcera la conférence Jeffery-Williams 2009 à la Réunion d'été de la SMC à St. John's (juin 2009).


Prix Coxeter-James 2008 de la SMC : M. Ravi Vakil (Université Stanford)

Le prix Coxeter-James rend hommage aux jeunes mathématiciens qui se sont distingués par l'excellence de leur contribution à la recherche mathématique.

Malgré la brièveté de sa dynamique carrière, Ravi Vakil est devenu une sommité mondiale en géométrie algébrique. Il a fait une contribution fondamentale et durable en théorie des intersections, en calcul de Schubert et dans l'étude des singularités des espaces de modules. Dans un article publié au début de sa carrière et pour lequel il a obtenu le prix G. de B. Robinson de la SMC, M. Vakil a donné une dérivation rigoureuse des nombres caractéristiques pour des familles des courbes planes quartiques, complétant ainsi un programme en géométrie énumérative remontant à la première moitié du 19e siècle et figurant sur la célèbre liste de problèmes de Hilbert. Dans deux importants articles publiés dans Annals of Mathematics, Ravi Vakil s'est servi d'une brillante technique de déformation pour résoudre plusieurs problèmes classiques du calcul de Schubert. La conséquence la plus spectaculaire de cette percée est que tout problème de dénombrement des points d'intersection des variétés de Schubert dans un espace Grassmannien (complexe) est « totalement réel ». En d'autres mots, le problème peut être résolu en considérant la restriction à un sous espace réel suffisamment général du Grassmannien réel. Ces travaux ont aussi débouché sur une interprétation géométrique naturelle des « puzzles » de Knutson et Tao. Les résultats de M. Vakil sur les singularités des espaces de modules montrent que les lieux de singularités des espaces de modules peuvent être aussi mauvais que possible.

Les contributions exceptionnelles de Ravi Vakil dépassent toutefois largement la recherche. Ce mathématicien est aussi un modèle de promotion des mathématiques. Il donne, sans compter, de son temps et de son énergie à l'organisation de rencontres internationales, dont la rencontre précongrès pour étudiants diplômés du symposium d'été 2005 de l'American Mathematical Society en géométrie algébrique, un congrès Snowbird en 2006 et, plus récemment, l'immense programme du MSRI en géométrie algébrique en 2009.

Ravi Vakil possède un talent unique alliant la recherche mathématique à une volonté de transmettre sa passion pour la discipline. Rares sont les gens qui cumulent un tel talent et un tel dévouement. Il a joué un rôle très actif dans l'organisation d'atelier et de camps mathématiques pour élèves du secondaire et du premier cycle universitaire, et il coordonne le concours William Lowell Putnam à Stanford. Il est aussi coauteur d'un ouvrage sur le concours Putnam.

Ravi Vakil a obtenu son baccalauréat en sciences de l'Université de Toronto en 1992 et son doctorat de Harvard en 1997. Après avoir obtenu son diplôme, il a enseigné à Princeton et au MIT (C.L.E. Moore Instructor). En ce moment, il est titulaire de la bourse David Huntington et il est professeur au Département de mathématiques de l'Université Stanford. En 2005, il a reçu le prix Andre-Aisenstadt du CRM ainsi que le Prix du doyen 2004-2005 d'excellence en enseignement de Stanford. Dernièrement, il a aussi obtenu la bourse de recherche Centennial de l'American Mathematical Society, la bourse Frederick E. Terman et la bourse de recherche Alfred P. Sloan. Il bénéficie en ce moment d'une subvention CAREER de la National Science Foundation (2003-2008) et il a obtenu le Presidential Early Career Award for Scientists and Engineers (PECASE) de la Maison Blanche en 2004.

Ravi Vakil prononcera la conférence Coxeter-James 2008 à la Réunion d'hiver de la SMC à l'Université Carleton en décembre 2008.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec :

Dr. Thomas S. Salisbury
Président
Société mathématique du Canada
Tel: 416-736-2100, poste 33921
president@smc.math.ca
  ou   M. Graham P. Wright
Directeur administratif
Société mathématique du Canada
Tél.: (613) 562-5702
directeur@smc.math.ca

© Canadian Mathematical Society, 2014 : https://cms.math.ca/