CMS/SMC
Société mathématique du Canada
www.smc.math.ca
Société mathématique du Canada
  location:  À propos de la SMCcommuniqués
À propos de la SMC        
CMS/SMC
COMMUNIQUÉ — Le 25 février 2010

Société mathématique du Canada

COMMUNIQUÉ
Le 25 février 2010

UNE MATHÉMATICIENNE EST LAURÉATE D’UN PRIX NATIONAL PRESTIGIEUX

Rachel Kuske se verra décerner le prix Krieger-Nelson 2011 de la SMC pour l’excellence en matière de recherche

OTTAWA, Ontario — La Société mathématique du Canada (SMC) a le plaisir d’annoncer que Rachel Kuske de la University of British Columbia est lauréate du prix Krieger-Nelson 2011, qui souligne sa contribution exceptionnelle à la recherche. Professeure Kuske recevra son prix en 2011 au cours de la réunion d’été de la SMC.

La SMC a créé le prix Krieger-Nelson en 1995 afin de souligner le travail de mathématiciennes qui ont fait une contribution exceptionnelle à la recherche en mathématique. Le prix a été nommé en l’honneur de Cecelia Krieger, première femme à obtenir un doctorat en mathématique d’une université canadienne, et d’Evelyn Nelson, illustre chercheuse, arbitre et examinatrice.

Dans son annonce du nom de la lauréate du prix, Tony Lau, président de la SMC, a noté que « la professeure Kuske est l’une des plus grandes mathématiciennes en mathématiques appliquées du Canada et est également devenue une experte et innovatrice reconnue du domaine de l’enseignement des mathématiques. Bien que ce prix souligne l’excellence de son travail en recherche, il souligne également sa passion pour l’enseignement des mathématiques. »

« Comme chercheuse, Rachel Kuske a fait une importante contribution à l’étude des modèles d’équations ordinaires, stochastiques et d’équations aux dérivées partielles qui serviront à un large éventail d’applications, notamment à la science neurologique, à la biologie mathématique, à la science de l’écrasement sous pression, à la finance mathématique et à la mécanique hydraulique/de la fissure, de dire David Brydges, président du comité de recherche de la SMC. De plus, elle a donné de son temps à la collectivité mathématique en fondant et en coprésidant le Mentor Network de la Association for Women in Mathematics et en siégeant au comité de rédaction d’un certain nombre de revues mathématiques. »

Un des thèmes qui revient continuellement dans sa recherche est celui de la mise au point et de l’application de nouvelles méthodes asymptotiques et à multi-échelle qui serviront à l’étude de la transition ou du comportement de bifurcation de systèmes dynamiques en présence de bruit ou de délais temporels. De tels systèmes sont omniprésents dans la modélisation mathématique de problèmes en science neurologique, dans l’étude des vibrations des outillages et les modèles épidémiques. Le cadre mathématique qu’elle et ses collègues ont mis au point a permis de créer de nouveaux outils d’analyse à grande application qui serviront à étudier le phénomène de la résonance stochastique et les effets de bifurcation à rebours dans ces contextes.

En ce qui concerne la théorie de la formation déterministique et localisée de modèles, Mme Kuske, de concert avec Chris Budd et Giles Hunt, ont présenté la toute première théorie asymptotique à multi-échelle complète qui servira à prédire et à caractériser les états d’écrasement oscillatoires, mais localisés d’une jambe élastique à laquelle on applique une force de compression. On avait observé auparavant de tels états d’amplitude à grande échelle, qui existent loin de la charge d’écrasement, dans le cadre de nombreuses expériences physiques, mais sans pouvoir offrir aucune explication théorique. Son travail de pionnière qui est bien cité dans ce domaine est à l’avant-garde d’un nouveau sous-domaine naissant et fort passionnant en matière de formation de modèles localisés. Le tout est lié à la caractérisation de ce qu’on appelle des diagrammes de bifurcation lézardée associées aux états oscillatoires localisés dans l’espace dans diverses équations différentielles partielles de forme normale du domaine de la mécanique des milieux continus, y compris l’équation bien connue de Swift-Hohenburg.

Rachel Kuske a obtenu son doctorat en 1992 de la Northwestern University. Elle s’intéressait aux ondes dans des médias aléatoires en collaboration avec Bernard J. Matkowsky de la faculté des sciences du génie et des mathématiques appliquées. Avant de s’installer au Canada, elle a été étudiante postdoctorale à Stanford et à la University of Utrecht et a été membre du corps professoral à la Tufts University et à la University of Minnesota. En 2002, elle s’est jointe à la Faculté des mathématiques de la University of British Columbia, où elle est titulaire d’une chaire de recherche du Canada en mathématique appliquée et figure actuellement à la tête du Département des mathématiques.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

David Brydges, président
Comité de recherche de la SMC
Département des mathématiques
University of British Columbia
Tél. : (604) 822-3620
Adresse électronique : pres-resc@smc.math.ca
ou Anthony To-Ming Lau, président
Société mathématique du Canada
Département des sciences mathématiques et statistiques
University of Alberta, Edmonton (Alberta)
Tél. : (780) 492-3396
Adresse électronique : president@smc.math.ca

Au sujet de la Société mathématique du Canada (SMC)

La SMC est la principale organisation canadienne à avoir pour but premier d’encourager et de favoriser la découverte, l’apprentissage et l'application des mathématiques. Ses activités portent sur l’éventail complet des mathématiques, y compris : les réunions scientifiques, les publications de recherche et la promotion de l’excellence en enseignement de la mathématique à tous les niveaux. La SMC commandite annuellement des prix en mathématiques et des prix soulignant les réalisations exceptionnelles.


© Société mathématique du Canada, 2014 : http://smc.math.ca/